• « Dimanche NON !»          Accueil  

        Mise en scène Christophe SAUVION Cie Grizzli

    TEXTES « Flexible Hop Hop » d’Emmanuel DARLEY et « A plates coutures » de Carole THIBAUT, Claudine VAN BENEDEN

     

    "La pièce explore le monde de l’entreprise : les corps machine, les gestes automatisés, les patrons insatiables, la flexibilité, la recherche de profit, les délocalisations, les licenciements…
    Entre fiction et hyper réalité, entre drame social et comédie grinçante, la pièce nous entraîne dans le quotidien des ouvriers de chez Klang, (entreprise familiale devenue Holding).
    On y découvre les résonances personnelles et familiales des licenciements sensés « booster » la croissance.
    Une pièce actuelle qui fait écho aux nombreuses délocalisations dont les médias se font quotidiennement le relais.

     

    Deux nouvelles représentations pour la pièce de l'Ecarquille théâtre "DIMANCHE NON !" 


    - à La Roche sur Yon, le dimanche 18 Février à 16h 
    à La Maison de quartier de Saint André d'Ornay 


    - à Fontenay le Comte, le Samedi 24 Février à 17h30 
    au Théâtre municipal dans le cadre du festival de théâtre amateur THEATRAM

     

    Dimanche NON!

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    APPORTEZ-NOUS QUELQUE CHOSE D'AUTRECréation de l' Ecarquille-Théâtre  

     

    « APPORTEZ-NOUS QUELQUE CHOSE D'AUTRE » 

     

    d'après  Hanokh Levin (Que d'espoir!), Jean Michel Ribes, Frédéric Sabrou, Harold Pinter, Jean-Claude Grumberg

     Mise en scène de Jean Claude Gauthier, professionnel de la Cie Grizzli

     Durée: 1 heure

    6 acteurs

    Tout public

     

    Les personnages, terribles et drôles que nous tendent les auteurs, peinent à appréhender la vie.

                                                                                           Ils nous emportent dans le tourbillon absurde d'une désillusion jubilatoire.

           

    Nos prochains lieux en 2017:  

    LA ROCHE SUR YON (85)

    TEILLÉ (44)

    ST AVAUGOURD DES LANDES (85)

    LA CHATAIGNERAIE (85)

     


    Nous vous invitons à cliquer sur le lien suivant:
    pour découvrir un superbe diaporama.

     

     

    APPORTEZ-NOUS QUELQUE CHOSE D'AUTREAPPORTEZ-NOUS QUELQUE CHOSE D'AUTRE APPORTEZ-NOUS QUELQUE CHOSE D'AUTRE

     

     

    APPORTEZ-NOUS QUELQUE CHOSE D'AUTRE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    DIS À MA FILLE QUE JE PARS EN VOYAGE"DIS À MA FILLE QUE JE PARS EN VOYAGE"

        de Denise CHALEM,  

       dans une mise en scène de Geneviève LEHMANN

     Interprétation : Elisabeth Charrier, Guylaine Coutable, Claude Diguet   
     
     
    PROCHAINES DATES: 
     
     Dimanche 17 janvier à BAUGé (49)
    Dimanche 24 janvier à RIAILLé (44)
    (Festhéa) TRAM 303 au théâtre de la Mauvraie
    Samedi 30 janvier à LA MEILLERAIE-TILLAY (85)
    Samedi 20 février à LANESTER (56)
    au Théâtre Jean Vilard
     
     
    DIS À MA FILLE QUE JE PARS EN VOYAGE

    DIS À MA FILLE QUE JE PARS EN VOYAGE DIS À MA FILLE QUE JE PARS EN VOYAGE

     

     

    Deux femmes, Dominique et Caroline partagent la même cellule. Deux femmes qui ne se seraient jamais rencontrées autrement. Leurs rapports passeront de l’indifférence à la violence pour finir par une amitié profonde. Pas une amitié démonstrative mais une amitié faite de pudeur et de non-dits. Dans ce genre de lieu, on ne laisse pas facilement aller, ni à parler de soi, ni à évoquer ce qu’on peut ressentir envers l’autre.

    C’est pourquoi des pans entiers de la pièce se raconteront à travers le langage des corps. Il faut raconter le corps soumis, ses secrets, ses manies, ses obsessions. L’écriture sur la gestuelle sera donc aussi importante que celle des dialogues. Paradoxalement tout cela n’exclut pas l’humour. L’humour derrière lequel elles se cachent pour survivre et pour supporter l’absurdité de certaines règles. Dans l’univers carcéral le temps est un personnage important. Comment le tuer ? Comment aussi donner l’idée de l’extérieur ? Du froid ? De la chaleur ? Des saisons et de la vie qui passe ? Seule ouverture : une fenêtre qui laisse entrevoir un coin de ciel. C’est à travers cette fenêtre qu’il faudra traiter l ‘éclairage, passer de la lumière électrique de la journée à des nuits qui n’en finissent pas. En prison, le silence n’existe pas. C’est pourquoi la partie sonore est un personnage à part entière. Des coups donnés contre un mur, des cris étouffés, des chants, des bruits de pas , de portes, de chariots, de clefs...Tout cela doit aider à comprendre que si elles sont deux en cellule, un monde grouille autour d’elles et vit. Il n’est pas question d’enfermer la pièce dans un cadre trop intimiste. Avec ce lieu qui a ses lois, pour ne pas dire ses rites, j’ai envie de raconter la vie de ces deux femmes qui ressemblent à des milliers d’autres, de m’arrêter un moment avec elles, de partager leur courage quotidiennement mis à l’épreuve.  Denise Chalem

     

     
     
     
     
     
     
    Partager via Gmail

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique