• Dis à ma fille que je pars en voyage

     

    DIS À MA FILLE QUE JE PARS EN VOYAGE"DIS À MA FILLE QUE JE PARS EN VOYAGE"

        de Denise CHALEM,  

       dans une mise en scène de Geneviève LEHMANN

     Interprétation : Elisabeth Charrier, Guylaine Coutable, Claude Diguet   
     
     
    PROCHAINES DATES: 
     
     Dimanche 17 janvier à BAUGé (49)
    Dimanche 24 janvier à RIAILLé (44)
    (Festhéa) TRAM 303 au théâtre de la Mauvraie
    Samedi 30 janvier à LA MEILLERAIE-TILLAY (85)
    Samedi 20 février à LANESTER (56)
    au Théâtre Jean Vilard
     
     
    DIS À MA FILLE QUE JE PARS EN VOYAGE

    DIS À MA FILLE QUE JE PARS EN VOYAGE DIS À MA FILLE QUE JE PARS EN VOYAGE

     

     

    Deux femmes, Dominique et Caroline partagent la même cellule. Deux femmes qui ne se seraient jamais rencontrées autrement. Leurs rapports passeront de l’indifférence à la violence pour finir par une amitié profonde. Pas une amitié démonstrative mais une amitié faite de pudeur et de non-dits. Dans ce genre de lieu, on ne laisse pas facilement aller, ni à parler de soi, ni à évoquer ce qu’on peut ressentir envers l’autre.

    C’est pourquoi des pans entiers de la pièce se raconteront à travers le langage des corps. Il faut raconter le corps soumis, ses secrets, ses manies, ses obsessions. L’écriture sur la gestuelle sera donc aussi importante que celle des dialogues. Paradoxalement tout cela n’exclut pas l’humour. L’humour derrière lequel elles se cachent pour survivre et pour supporter l’absurdité de certaines règles. Dans l’univers carcéral le temps est un personnage important. Comment le tuer ? Comment aussi donner l’idée de l’extérieur ? Du froid ? De la chaleur ? Des saisons et de la vie qui passe ? Seule ouverture : une fenêtre qui laisse entrevoir un coin de ciel. C’est à travers cette fenêtre qu’il faudra traiter l ‘éclairage, passer de la lumière électrique de la journée à des nuits qui n’en finissent pas. En prison, le silence n’existe pas. C’est pourquoi la partie sonore est un personnage à part entière. Des coups donnés contre un mur, des cris étouffés, des chants, des bruits de pas , de portes, de chariots, de clefs...Tout cela doit aider à comprendre que si elles sont deux en cellule, un monde grouille autour d’elles et vit. Il n’est pas question d’enfermer la pièce dans un cadre trop intimiste. Avec ce lieu qui a ses lois, pour ne pas dire ses rites, j’ai envie de raconter la vie de ces deux femmes qui ressemblent à des milliers d’autres, de m’arrêter un moment avec elles, de partager leur courage quotidiennement mis à l’épreuve.  Denise Chalem

     

     
     
     
     
     
     
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Annie
    Mercredi 16 Novembre 2016 à 22:33

    Je viens d'assister ce soir 16novemvre à la tranche sur mer, à la pièce de théâtre "dis à ma fille que je pars en voyage"

    La mise en scène est parfaite  et c est divinement joué 

    Méga bravo aux trois actrices .

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :